Le Monde des Myriapodes

Bienvenue dans l'univers des Myriapodes. Nous espérons que les amateurs de Iules, Scolopendres, Glomeris, Polydesmes, Lithobies, Scutigères... nous feront partager leurs diverses photos, expériences, témoignages sur ces fascinants arthropodes!


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Invasion - phénomène inquietant A Verquin (Pas de Callais)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MDI
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 408
Age : 28
Localisation : Marseille ( 13 )
Date d'inscription : 30/08/2004

MessageSujet: Invasion - phénomène inquietant A Verquin (Pas de Callais)   Mar 23 Nov - 20:00

Bonsoir ,
Il y a quelques temps j'ai étais contacté par une journaliste pour avoir mon avis sur un phénomène assez étrange voici son article :


Le mystère de l'invasion des iules

Dans le Pas-de-Calais, un village subit une migration inexpliquée de mille-pattes indélogeables et résistants à tous les traitements.

Par Haydée SABERAN

C'était la nuit du 13 octobre. A trois heures du matin, Danièle est réveillée par son fils : une armée de mille-pattes avance dans son salon. Des iules. De minuscules bêtes gris foncé, par milliers. «Le lino était noir. Ca grouillait.» Elle déplace tous les meubles, balaie «dix ramasse-poussière» sur les 20 mètres carrés du salon, puis remonte se coucher. Mais dort mal. «On en rêvait, même.» Deux nuits, ils surveillent à tour de rôle si les myriapodes ne passent pas sous la porte.
Barrages. Depuis, quand le soleil se couche, chez Danièle et ses trois voisins de la rue de Picardie à Verquin, près de Béthune (Pas-de-Calais), les iules repassent à l'offensive. De moins en moins nombreux, à cause du froid, mais toujours là. Les mille-pattes quittent le terrain vague du bout de la rue et avancent sur les murs, les portes d'entrée, les volets des quatre maisons. Les poteaux téléphoniques ont l'air d'avoir du poil aux pattes.
«On a tout essayé. La chaux vive, l'eau de Javel. Il n'y a que le vinaigre qui marche. On imbibe les serpillières, et on fait des barrages», soupire Danièle. Son mari Serge les immole sur sa terrasse. «J'asperge d'alcool à brûler et je mets le feu entre les pavés.» Quand le jour se lève, ils se logent dans les interstices, fuyant la lumière. «Le soir, sur le trottoir, quand on marche dessus, ça craque comme des coccinelles.» Sa voisine d'en face, Marie-Claire, a, elle «parfois l'impression de marcher sur du verglas».
Inoffensifs. Jocelyne, elle, n'avait rien remarqué, la nuit du 13. Mais sa voisine lui glisse : «Surveillez votre pas de porte, il y a des bestioles qui sortent le soir.» Elle met le nez dehors. «Il y en avait des milliers et des milliers, mes volets n'étaient plus blancs, ça faisait comme un nuage noir.» Elle en est à deux bouteilles de vinaigre par jour.
«Il paraît que si ça pique, ça fait une tache marron. On avait peur d'en mourir, on en devenait zinzin.» En fait, les bestioles sont inoffensives.
Les riverains déposent une pétition à la préfecture du Pas-de-Calais. Et se sentent abandonnés : «On nous a répondu que les iules étaient utiles à l'environnement, qu'il fallait laisser faire la nature.» Mangeurs de végétaux en décomposition, ces mille-pattes sont les champions du compost. Ils vivent sous terre, en bonne intelligence avec leurs voisins humains. Sauf quand ils sortent.
En trente-trois ans à Verquin, Serge n'avait jamais vu ça. Michel Hecquet, adjoint à l'environnement, avance une explication : «Peut-être le réchauffement du climat et l'épandage de pesticides dans le champ voisin qui auraient perturbé l'habitat naturel des iules ?» Personne ne sait. Même pas Jean-Jacques Geoffroy, chargé de recherche au CNRS, et spécialiste des myriapodes au Muséum national d'histoire naturelle à Paris. «Ces pullulations et ces migrations, de plus en plus fréquentes, restent en grande partie inexpliquées.» On a quand même repéré des signes : un hiver doux, ou un printemps humide, ou période chaude et sèche suivie de pluie. Alors les iules communiquent par signaux chimiques «et c'est l'agrégation, puis la migration en masse». Ils ont réussi à arrêter des trains. En 2003 à Sydney en Australie, les roues patinaient sur les rails. A Lançon-de-Provence, ils ont envahi par milliards une quinzaine de maisons en avril 1987.
Comme ils peuvent vivre jusqu'à quatre ans, en cas de climat doux, plusieurs générations cohabitent. Et un peu comme les lemmings, s'ils manquent de nourriture, ils migrent vers le néant. Et meurent, affamés. Ou écrasés par un train à Sydney. Ou grillés sur une terrasse à Verquin.



Bonne soirée
@+
Romain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedesiules.forumactif.com
aeschne bleu

avatar

Nombre de messages : 33
Localisation : isere-entre Lyon et Grenoble [15 ans]
Date d'inscription : 20/02/2005

MessageSujet: Re: Invasion - phénomène inquietant A Verquin (Pas de Callais)   Dim 15 Mai - 9:23

Les gens ne se rendent pas compte de leurs chances Laughing
J'aimerai bien que ca m'arrive à moi Crying or Very sad :? Laughing Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Invasion - phénomène inquietant A Verquin (Pas de Callais)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Invasion de fourmis
» Invasion d'algues
» Invasion de puces, au secours!!!!
» Invasion d'algues suite à changement d'éclairage
» invasion dyctiota dichotoma forme implexa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde des Myriapodes :: Forum , tout sur les Iules, Gloméris, Polydesmes... :: Autres ... / Others ...-
Sauter vers: